Nous simplifions vos voyages en train et en bus

Infos trafic en direct : recevez toutes les infos trafic SNCF en temps réel

Grâce à Récup Retard, nous vous facilitons l'obtention d'une compensation G30

Vos billets au meilleur prix : comparez les billets de train en France et à l’étranger

SNCF   OUIGO      TER   IntercitésTGV INOUI

1. Lyon

Lyon possède le titre enviable de capitale gastronomique française (même s’il est disputé avec acharnement par de nombreuses autres villes de l’Hexagone). Embarquez pour la gare de Lyon-Part-Dieu ou la gare de Lyon-Perrache et partez à la découverte d’un véritable patrimoine gustatif. Amateurs de charcuteries et d’abats délicatement cuisinés, cette ville est faite pour vous ! Bien sûr, votre visite gastronomique s’accompagne d’une visite au cœur de la vieille ville, en quête du meilleur bouchon lyonnais. Difficile de décerner une médaille d’or, mais nous pouvons du moins partager avec vous notre coup de cœur : Le Garet, un bouchon authentique à la cuisine riche et généreuse.

Le Garet, 7 rue Garet, 69001 Lyon

2. Lille

Capitale régionale festive et chaleureuse, Lille rassemble ses visiteurs autour d’excellentes tables pour une découverte dans les règles de l’art des spécialités ch’tis. Fricadelles et petites rattes, carbonade flamande et maroilles, potjevleesch (ou « viande en petit pot ») et chicons au gratin… Autant de plats authentiques et généreux pour affronter le climat vivifiant du Nord. Du bon, du chaud, du savoureux, et surtout, préparé avec amour ! Un exemple ? Le Pancook, pour son welsh impeccable et sa délicieuse carbonade. Envie de découvrir les spécialités de la capitale du Nord ? Venez facilement en TGV de Paris à Lille en à peine 1 heure, ou de Lyon à Lille en près de 3 heures.

Le Pancook, 125 rue Colbert, 59000 Lille

3. Toulouse

Aurait-on pu omettre le célébrissime cassoulet toulousain, parmi les meilleurs de France ? À Toulouse, où les marchés de produits frais fleurissent chaque jour de la semaine dans les rues ou les halles couvertes, on peut aussi se régaler avec d’excellents produits mûris sous le soleil de Haute-Garonne. Et aussi de saucisses et de confit de canard, ce dernier étant pour certains un repas à part entière ! En digestif et pour se rafraîchir l’haleine, on pioche une petite violette dans sa boîte ronde à l’ancienne… Alors, ce cassoulet, on le déguste où ? À La Cave au Cassoulet, ça va de soi. 

La Cave au Cassoulet, 54 rue Peyrolières, 31000 Toulouse

4. Strasbourg

Niveau gastronomie, impossible de ne pas mentionner la capitale alsacienne avec sa choucroute traditionnelle, ses cuisses de grenouille, sa charcuterie, son foie gras, son baeckeoffeStrasbourg, c’est aussi cette ville magique qui, à l’époque de Noël, se transforme en véritable maison de gâteau, comme dans le conte de Hansel et Gretel : biscuits à la cannelle et petits sablés font le bonheur de ceux qui viennent y passer le week-end. Et le reste de l’année aussi, si l’estomac vous en dit ! Où ça ? Au Pont Saint-Martin, établissement typique de la Petite France, dont les colombages surplombent la rivière.

Le Pont Saint-Martin, 15 rue des Moulins, 67000 Strasbourg

5. Brest

Amateurs de poissons frais, de fruits de mer et de crustacés, la façade atlantique reste l’un des hauts lieux du terroir maritime. Côté gourmandises, on est également servi à Brest : kouign-amann, galettes bretonnes, caramel au beurre salé… Vous êtes libre de vous attabler devant un verre de cidre et une crêpe au sarrasin, ou de vous promener le long des ports pour observer les ventes à la criée. Dans les restaurants, on profite aussi d’une cuisine terre-mer unique qui met en joie tous les sens, à l’instar des Caudalies.

Les Caudalies, 1 rue Malakoff, 29200 Brest - +33 2 98 44 95 22

6. Marseille

Sardines et bouillabaisse, petits coquillages et crustacés, fruits et légumes méditerranéens, la cuisine de Marseille est à l’image de la cité phocéenne : chaleureuse, ensoleillée, forte en gueule. On citera ces aïolis onctueux qu’on dévorerait à la petite cuillère, ces fougasses et ces pissaladières provençales qu’on empoche pour une excursion dans les calanques ou dans les chères collines de Pagnol. De quoi fredonner tout le jour avec un bel accent pointu, comme il est de mise chez Ida, près de la place Jean Jaurès.

Chez Ida, 7 rue Ferdinand Rey, 13006 Marseille

7. Bordeaux

Rivale de Toulouse, Bordeaux propose une cuisine à la fois maritime et terrestre, où le poisson à la bordelaise côtoie l’entrecôte marchand de vin. Côté vin, forcément vous avez l’embarras du choix : il accompagne à merveille la cuisine locale dans toutes ses déclinaisons, de l’entre-deux-mer citronné au Pessac-Léognan capiteux. Si vous êtes amateur de produits de la mer, vous serez séduit par les frais arrivages de l’Atlantique à la chair fine et nacrée, les huîtres d’Arcachon et les bulots. Le meilleur endroit pour les savourer sans limites ? Le Merci !, une adresse design avec une large verrière sur la Garonne, où les poissons sont cuits à la perfection et les fruits de mer sont à volonté.

Le Merci !, 10 rue Louis Blériot, 33130 Bègles

 

8. Besançon

Forcément, notre classement des villes emblématiques de la gastronomie française serait incomplet sans évoquer le terroir franc-comtois. À vous les charcuteries fumées du Haut-Doubs, la saucisse de Morteau et de Montbéliard, la cancoillotte haut-saônoise et ses « patates » simplement cuites en robe des champs, les truites à la chair rose, les girolles et les morilles. On n’oublie pas non plus les gâteaux de ménage et la tarte au sucre, les cerises de Fougerolles, les myrtilles… et une collection de fromages à ramener chez soi sans vergogne. À Besançon, capitale du Doubs, on déambule pour dénicher le restaurant de spécialités idéal : à savoir, pour nous, le Café Café, qui propose une cuisine fraîche et locale, soignée, dans un cadre volontairement un peu rétro, comme chez mamie !

Le Café Café, 5 bis rue Luc Breton, 25000 Besançon

 9. Le Puy-en-Velay

Petite cité auvergnate de caractère, Le Puy-en-Velay se visite pour plus d’une bonne raison : sa fête du Roi de L’Oiseau en septembre (un festival Renaissance qui vous fait replonger vers le passé), son patrimoine médiéval dans le quartier de la cathédrale, son environnement naturel… mais aussi sa concentration élevée de restaurants de grande qualité. Fière de son patrimoine gastronomique, la cité mariale déroule une liste appétissante de spécialités : agneau noir du Velay, fin gras du Mézenc, truite de Vourzac, lentilles vertes du Puy, Saint-Nectaire, saucisses sèches auvergnates… Malgré le départ de l’un de ses chefs les plus réputés, François Gagnaire, pour le 6e arrondissement parisien, les belles adresses se succèdent. L’une de nos favorites est sans aucun doute Le 14, 2e adresse du talentueux couple Tournayre et excellent petit établissement de la vieille ville, au rapport qualité-prix impeccable. Le temps de trajet de Paris à Le Puy-en-Velay est d’environ 4 heures 30. Prenez le TGV jusqu’à St-Étienne Châteaucreux, puis le TER qui vous emmène directement à la gare du Puy-en-Velay.

Le 14,12 rue Chênebouterie, 43000 Le Puy-en-Velay

 10. Bayonne

La cuisine basque, on l’aime avec passion ou pas du tout ! Généreuse et dotée d’un sacré caractère, elle tient autant de son patrimoine maritime que de son terroir montagneux, avec une bonne dose de soleil par-dessus. Amateurs de piquant, à Bayonne, les spécialités au piment d’Espelette (piperade et axoa) ne peuvent que vous séduire. Tandis que les amoureux de la mer se régalent de ttoro et de marmitako (des ragoûts de pêcheurs traditionnels). Il y a aussi le jambon de Bayonne au sel de Salies-de-Béarn, et l’incontournable gâteau basque, arrosés du cidre local qui surpasserait de loin les versions bretonne et normande selon les consommateurs du cru. On vous laisse juger en rendant visite au Petit Bayonne, sans conteste l’un des meilleurs restaurants de la ville.

Le Petit Bayonne, 23 rue des Cordelier, 64100 Bayonne

 

Voilà une liste donne envie de se lancer dans un tour des régions à la découverte des spécialités gastronomiques locales… La meilleure solution pour parcourir ces 10 villes gastronomiques ? Len train bien sûr, pour pouvoir faire la sieste et digérer entre deux escales !