Lyon, l’ancienne capitale des Gaules est un véritable enchantement. Logée au confluent du Rhône et de la Seine, la deuxième agglomération de France séduit par son patrimoine architectural, son histoire, sa gastronomie ainsi que sa position géographique au carrefour des grands axes européens. À la porte des Alpes, son accessibilité rapide en train depuis Bruxelles, Amsterdam, Lille, Paris, Marseille ou encore Genève permet de s’échapper le temps d’un week-end où vous profiterez d’une agréable parenthèse. Nous vous avons à cet égard concocté un itinéraire pour visiter Lyon en 2 jours pas à pas.

Jour 1 : le Lyon historique

10h - La colline Fourvière

Nous vous proposons de débuter votre séjour par la colline Fourvière, accessible à pied ou bien par le funiculaire. Ce dernier, dit « la Ficelle », est intégré aux transports communs de la ville. Le départ se fait depuis le vieux Lyon et l’arrivée au sommet de la colline juste devant la basilique de Fourvière. La colline qui domine la ville est le lieu le plus ancien de la fondation de Lugdunum (Lyon en latin) par les Romains. Vous pourrez y apprécier le panorama sur les alentours ainsi que la basilique, à la croisée des styles byzantin, roman et gothique. Saviez-vous que les Lyonnais la surnomment « l’éléphant reversé » en raison de ses quatre tours d’angles qui évoquent les pattes d’un pachyderme ? Vous pourrez ensuite redescendre vers le vieux Lyon en passant par le jardin du Rosaire, dans le parc des Hauteurs, où se succèdent différentes passerelles. De la passerelle des Quatre-Vents, ancienne voie ferrée longue de 600 mètres, vous aurez une vue imprenable sur la Saône et les monts du Lyonnais.

12h - Le vieux Lyon et ses traboules

De retour dans le vieux Lyon, quartier médiéval et Renaissance classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, nous vous invitons à déambuler dans les traboules. Le mot « traboule » vient du latin « trabulare » qui signifie traverser : les traboules désignent ainsi de petits passages qui relient les maisons entre elles et permettaient de rejoindre plus rapidement la Saône afin d’effectuer les ravitaillements en eau. L’histoire raconte qu’elles auraient servi d’abri et d’échappatoire aux résistants lyonnais durant la Seconde Guerre mondiale. Quelques-unes d’entre elles sont ouvertes grâce à des conventions signées entre leurs habitants et la municipalité. Vous pourrez par ailleurs visiter la cathédrale Saint Jean-Baptiste sur la place Saint-Jean. Son horloge astronomique, qui date du XIVe siècle, est l’une des plus anciennes d’Europe.

14h - La place Bellecour

Dix minutes de marche suffisent à rejoindre la place Bellecour en traversant le pont Bonaparte qui enjambe la Saône. Au cœur de la ville, la place Bellecour, qui s’étend sur 310 mètres de long et 200 mètres de large, est la quatrième plus grande place de France. Vous pourrez y déguster une salade lyonnaise composée de lardons frits ou de foies de volaille, de croûtons et d’un œuf poché, ou une assiette de charcuterie lyonnaise. Après le déjeuner, vous pourrez chiner chez les antiquaires et parcourir les nombreuses boutiques du quartier. De là, vous avez deux options : faire un crochet par le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation, ou rejoindre directement la place des Terreaux (environ quinze minutes à pied).

16h - La place des Terreaux

La place des Terreaux tire son nom de son emplacement sur un ancien lit du Rhône qui fut comblé de terre. On y trouve l’hôtel de ville, le Musée des Beaux-Arts, ainsi que la fontaine Bartholdi qui tire son nom de son sculpteur, également auteur de la Statue de la Liberté à New-York. Saviez-vous que cette dernière était normalement destinée à Bordeaux, et non à Lyon ? En 1889, alors que la sculpture est exposée à l’Exposition universelle de Paris, le maire de Bordeaux la juge finalement trop coûteuse. C’est alors le maire de Lyon, Antoine Gailleton, qui décide de l’acquérir. Elle est inaugurée sur la place des Terreaux en 1892. Achevez votre journée par une promenade le long des quais du Rhône : vous y trouverez de nombreux bar-péniches.

Jour 2 : le nouveau Lyon

10h - Les Pentes de la Croix-Rousse

Pour cette deuxième journée, nous vous proposons de découvrir une autre facette de Lyon, moderne et novatrice. Commencez par les Pentes de la Croix-Rousse, réputées pour son street art et ses graffitis. Bien que régulièrement effacés, ils sont généralement remplacés en quelques jours. Ne ratez pas « l’escalier bleu », passage Permet, fruit d’une réalisation collective dans le cadre du festival Peinture Fraîche en mai 2019 sur un projet du peintre et architecte bruxellois WENC. Si le cœur vous en dit, vous pouvez aussi visiter l’Amphithéâtre des Trois Gaules ou la Maison des Canuts sur la Soierie lyonnaise, à une quinzaine de minutes de marche.

12h - Le Parc de la Tête d’Or

Non loin de l'Amphithéâtre et de la Maison des Canuts, le Parc de la Tête d’Or, avec ses 117 hectares, est le plus grand parc urbain de France. Vous pourrez flâner dans ses quelques centaines de sentiers ou dans les immenses serres de son jardin botanique qui abrite quelque 16 000 espèces végétales.

13h - Déjeuner dans un bouchon lyonnais

Les bouchons lyonnais, descendants de la tradition des mâchons, sont un symbole de la gastronomie locale et remontent historiquement aux canuts, les ouvriers de la soie. En effet, au XIXe siècle, les canuts, qui débutaient très tôt leur journée, avaient pour habitude de déguster un encas aux environs de 10 heures : ces encas étaient alors appelés mâchons. Ces derniers étaient en général composés des restes de la veille et se dégustaient dans des bouchons, sortes de bistrots. Aujourd’hui, les bouchons lyonnais sont des restaurants où l’on peut savourer les spécialités locales dont voici quelques exemples : le tablier de sapeur à base de gras-double mariné dans du vin blanc, pané et frit, les quenelles, le saucisson brioché ou encore la cervelle de canut, une spécialité fromagère et non de viande. Nous vous invitons à découvrir la cuisine lyonnaise dans l’un de ses bouchons qui vous proposeront aussi un verre de Beaujolais ou de Côtes-du-Rhône. Au restaurant Les Lyonnais, vous goûterez dans une atmosphère familiale et sans chichis – comme autrefois ! – à des plats à base de produits frais, provenant de producteurs locaux.

13h - Les Halles de Lyon-Paul Bocuse

Si vous souhaitez déjeuner plus rapidement, vous pouvez, à une quinzaine de minutes du Parc de la Tête d'Or, rejoindre les Halles de Lyon-Paul Bocuse. Elles regroupent 48 commerçants et restaurateurs et on y goûte une cuisine de qualité. Elles tiennent leur nom du célèbre chef cuisinier Paul Bocuse.

15h - Confluence

Confluence est à faire en option. C’est un quartier où se rejoignent la Saône et le Rhône et qui se caractérise par son architecture contemporaine. Zone industrielle délaissée à la fin du XXe siècle, la ville a finalement lancé un important projet d’urbanisation afin d’en faire un nouvel éco-quartier. Vous y trouverez de nombreuses boutiques mais aussi un musée contemporain – le musée des Confluences – dont la structure fut entièrement conçue en verre, béton et inox.

Lyon fascine par son patrimoine architectural, sa gastronomie ainsi que son contraste entre tradition et modernité. Grâce à sa position géographique idéale, la capitale des Gaules est facilement accessible en bus et en train. Visiter Lyon en 2 jours pour changer d'air et découvrir une belle ville française, c'est possible : embarquez avec nous pour un séjour inoubliable dans le cœur historique de la région Rhône-Alpes.